Blog

Essai de reconstitution d’un seau en « cuir bouilli » de la fin du 16ème ou du 17ème siècle

Ce seau en cuir durci a été commandé par le musée des pompiers de Lyon car cet objet manquait à leur collection.

Les modèles d’époque étant aussi onéreux qu’introuvables, j’ai eu pour mission de reconstituer le plus fidèlement possible ce seau d’après des documents issus d’une collection privée.

Il a été réalisé de deux couches de cuir de bovin de 3,5 mm, durci selon ma technique à la gélatine. Puis badigeonné d’huile de lin siccative.

Muni de renforts en cuir et en corde de chanvre, il est léger, étanche, rigide et incassable.

Les coutures au point sellier sont réalisées avec du fil de lin poissé.

 

Devant les ravages que pouvait provoquer un incendie dans une ville, par décret, chaque propriétaire de maison était tenu de faire fabriquer un certain nombre de seaux à incendie.

Il en existait aussi en tissu ou en osier.

 

 

 

Ce modèle a nécessité une trentaine d’heures de travail et tout autant pour établir le plan de réalisation.

Voici, ci-dessous, le seau original sur lequel je me suis appuyée pour réaliser cette reconstitution.

Le musée des pompiers de Lyon recherche tout texte ou image concernant la lutte contre les incendies, de l’antiquité jusqu’à  la fin du Moyen Age.

Merci d’envoyer les documents à association.orchis@gmail qui transmettra.

Notre essai de re-fabrication d’un étui en cuir « bouilli »

En quelques images, voici notre procédé pour fabriquer des étuis en cuir dit bouilli. Nous avons pris en exemple un modèle très connu datant du début du 15ème siècle, exposé au musée de Cluny.
Le peu d’outils nécessaires : un tranchet (couteau très fin et très coupant), une grande pierre dure et parfaitement plane, quelques baguettes taillées dans de l’os, une forme en bois et une rappe.

In some pictures, here is our process to make boiled leather cases. We took as an example a well-known model dating from the beginning of the 15th century, exhibited at the Cluny museum in Paris.

The few tools needed : a slicing knife (very thin and very sharp knife), a large hard and perfectly flat stone, some chopsticks carved in bone, a wooden form and a file.

Le cuir utilisé est du veau tanné à l’aide de végétaux d’une épaisseur de 8/10ème de mm, ce cuir est souple et sa fleur est  lisse :

The leather used is calf skin vegetable tanned of a thickness of 8/10 th of mm, this leather is supple and its grain is smooth :

Pour la colle, nous avons utilisé de la colle fabriquée à base de cartilages de porc : la colle forte. De nos jours, cette colle n’est plus disponible sous ce nom mais on peut en trouver au supermarché tout simplement au rayon pâtisserie, en effet la gélatine pour faire des gâteaux est de la colle forte.

J’ai essayé d’autres colles animales : nerf, os, peau … Mais, d’après mes quelques expériences, rien n’égale la colle de gélatine à part l’hictyocolle (colle de vessie natatoire d’esturgeon). Cette matière animale se trouve toujours dans le commerce comme fourniture pour l’art de la reliure. Toutefois, pour ne pas encourager la pèche de ce poisson devenu rare et maintenant heureusement protégé, je préfère  utiliser de la simple gélatine pour gâteaux.

For the glue, we used glue made from pork cartilage : the strong glue. Nowadays, this glue is no longer available under this name but can be found at the supermarket just pastry department, indeed the gelatin to make cakes is strong glue.

I tried other animal glues : nerve, bone, skin… But, according to my few experiments, nothing matches the gelatin glue except the hictyocolle (swim bladder sturgeon). This animal material is still commercially available as a supply for the art of bookbinding. However, not to encourage the fishing of this rare and now fortunately protected fish, I prefer to use simple gelatin for cakes.

Passons à la pratique :
Préparation de la colle forte de gélatine : Dans un pot (à confiture), mettre quelques feuilles de gélatine (au besoin les casser) puis ajouter l’eau froide pour couvrir à hauteur. Une fois les feuilles bien ramollies, faire chauffer doucement le pot au bain-marie en remuant. A partir de 23 °C, les fibres de collagène de la gélatine se séparent les unes des autres et on obtient un liquide homogène et transparent. En contrôlant la température avec un thermomètre,  il est maintenant possible de tremper le cuir dans cette colle.

Let’s move on to practice : Preparation of the strong gelatin glue: In a jar (jam), put 2 sheets of gelatine (if necessary break them) then add the cold water to cover at height. Once the leaves are well softened, gently heat the pot in a bain-marie stirring. From 23 ° C., the collagen fibers of the gelatin separate from one another and a homogeneous and transparent liquid is obtained. By controlling the temperature with a thermometer, it is now possible to soak the leather in this glue.

Un dégagement de bulles est visible, accompagné d’un bruit d’ébullition. En quelques secondes, le cuir fin est totalement imprégné du liquide, il est flasque et gluant.

A bubbling is visible, along with a boiling noise. In a few seconds, the fine leather is completely impregnated with liquid, it is flaccid and sticky.

Remarque : Il est plausible que de cette étape où les bulles d’air s’échappent vienne l’appellation cuir bouilli. Cela ressemble tout à fait à une ébullition mais la température du liquide employé est bien en dessous de 40 °C.

Note : It is plausible that from this stage where the air bubbles escape come the boiled leather name. This is very similar to boiling, but the temperature of the liquid used is well below 40 ° C.

Remarque :  Lors du trempage du cuir la température de la colle ne doit pas dépasser 37 °C sous peine d’abîmer définitivement la structure du cuir. Une température de 32 °C est optimum, plus froid  le liquide pénètre plus lentement dans le cuir mais cela n’est pas un problème.

Note : When soaking the leather, the temperature of the glue should not exceed 37 ° C, otherwise the structure of the leather will be damaged. A temperature of 27 ° C is optimum, colder the liquid penetrates more slowly in the leather but this is not a problem.

Ensuite le bout de cuir est placé sur la pierre et paré à l’aide du tranchet :

Then the piece of leather is placed on the stone and trimmed with the tranchet :

Le parage est indispensable pour ne pas faire de « marches » sur les raccords, ce qui serait disgracieux et fragile.
Aidé de la colle gluante, le cuir adhère à la pierre et facilite ce travail très délicat.

Trimming is essential to not make « steps » on the fittings, which would be unsightly and fragile.
Aided glue sticky, the leather adheres to the stone and facilitates this very delicate work.

Remarque : La surface du cuir est utilisée au maximum, les chûtes de cuir sont minimes, il reste seulement  quelques fins copeaux. Il est tout à fait possible de parer le cuir avant de le tremper dans la colle.

Note : The leather surface is used to the maximum, the leather falls are minimal, there are only a few fine chips left. It is quite possible to trim the leather before dipping it into the glue.

Le cuir est disposé sur la forme, les jointures sont fixées avec un bâtonnet en os :

The leather is arranged on the shape, the joints are fixed with a bone stick :

Les jointures sont lissées :

The joins are smoothed:

Les rectangles de cuir épais maintiennent les passants en forme.

Thick leather rectangles keep passers-by in shape.

Il ne reste plus qu’à décorer l’objet avant qu’il ne soit complètement sec :

It remains only to decorate the object before it is completely dry :

Les motifs sont incisés avec un fine lame, le fond est « repoussé » en utilisant un outil en os fait maison. Une fois sec, l’objet est huilé avec un mélange d’huile de lin et de cire.

The patterns are incised with a thin blade, the bottom is « repulsed » using a homemade bone tool. Once dry, the object is oiled with a mixture of linseed oil and wax.

Remarque : On peut dire que cette boîte est entièrement faîte de collagène,en effet le mot collagène vient de termes grecs signifiant « qui fait la colle » or le cuir lui-même est constitué de cette substance. L’ajout de collagène augmente la densité du cuir (l’air chassé est remplacé par la colle et les fibres du cuir sont renforcées).

Note : It can be said that this box is entirely made of collagen, indeed the word collagen comes from Greek terms meaning « who makes the glue » or the leather itself is made of this substance. The addition of collagen increases the density of the leather (the hunted air is replaced by the glue and the fibers of the leather are reinforced).

Résultat final :
Le couvercle s’emboîte, il est parfaitement ajusté.

Final result :
The lid fits, it is perfectly adjusted.

 

Référence bibliographique : Eva Halasz-Csiba « Le cuir à fleur de peau » 2001 ISBN : 2876603195

 

Structure et composition d’une peau

Veuillez cliquer sur les schémas pour les agrandir 🙂

Voici, ci-dessous, un schéma d’une coupe transversale d’une peau de bovin :

Toutefois, certaines peaux ne présentent pas de glandes sudoripares : celles des rongeurs et des canidés, par exemple.

 

Ci-dessous, un exposé sur la structure interne d’un cuir :

 

 

Ce schéma explique la dénomination des différentes parties d’un cuir. Il est important de connaître le nom des différentes parties de la peau car en raison de leurs différences elles ne conviendront pas aux même usages :

 

 

Ces différentes parties ont des propriétés bien spécifiques. Par exemple, les flancs sont plus souples et tendres que le croupon qui est une partie très dense.

Du parchemin au manuscrit enluminé

Le parchemin, sa fabrication et son emploi.

Étymologie : bas latin : pergamena (charta). Grec : pergamêné, « peau de Pergame »; parchamin. 1050.  parcamin «peau de mouton, d’agneau, de chèvre, séchée à l’air et non tannée, de manière à recevoir une écriture manuscrite ou imprimée, à servir à la reliure» (Alexis, éd. Chr. Storey, 281)

Pergame : Aujourd’hui Bergama, en Turquie.

Origines du parchemin

-152 avant J.C, l’Égypte détient le monopole du papyrus, matière rare et chère. C’est la rivalité entre la cour royale de Pergame et celle d’Alexandrie pour avoir la bibliothèque la mieux garnie, soit environ 200 000 volumes.

Plus souple, plus résistant et plus mince que le papyrus, le parchemin qui est déjà utilisé depuis près de 3000 ans, atteint alors un niveau de qualité inégalé et devient suffisamment noble pour conserver des textes sacrés.

D’abord utilisé en rouleaux, le parchemin enroulé était conservé dans un étui en cuir appelé scrinium.

Beaucoup plus économique en matière que les rouleaux, les codex étaient des feuilles pliées et cousues en cahiers et reliées ensemble. ils conservaient deux fois plus de textes (recto-verso).

Le livre comme nous le connaissons est apparu dès le 3ème siècle, plus facile à transporter et à manipuler.

Il a énormément contribué au développement intellectuel et à la création artistique. En France, le papyrus est encore utilisé par les mérovingiens, c’est à l’époque carolingienne que le parchemin fit son apparition pour les œuvres liturgiques.

Au 13ème siècle, seul le parchemin est utilisé pour les manuscrits, il a permis d’inventorier les « savoirs-faire », et passer de la transmission orale à celle écrite. Voir les différentes « chroniques médiévales », traités d’escrime ou universitaires, recueils de lois, inventaires…

Utilité du parchemin

Dès lors, ce « nouveau » support permit d’illustrer les textes, d’images colorées et dorées. Ce fût la naissance d’une nouvelle expression artistique qu’est l’enluminure.

L’intérêt est d’aider à la compréhension du texte, de le rendre « lumineux », une année (en moyenne) est le temps de fabrication de ces ouvrages.

Outre ce travail d’écriture colossal, le parchemin, produit par un long travail fastidieux, est une matière très onéreuse et ajoute de la valeur à ces ouvrages. Des manuscrits entiers ont été « recyclés » pour récupérer le précieux parchemin, ce sont les palimpsestes.

Au 11ème siècle, la taille des images se réduit encore pour utiliser la peau au maximum, ce sont les miniatures.

Ce travail de recopiage était confié aux moines  » copistes » ou « scriptores » et à l’ymagier.

Veuillez consulter le site de Dame Chlodyne pour en savoir plus sur la calligraphie et l’enluminure : http://arhpee.typepad.com/

Fritz, un parcheminier de Nuremberg.
Vers 1450. Stadtbibliotek, Nuremberg Copyright AKG-image

Comment fabriquer du parchemin

Le parchemin n’est pas tanné, la peau de mouton, de chèvre, de très jeune veau, est trempée dans la chaux pour enlever les poils et l’épiderme.

Ensuite, tendue de façon homogène, elle est écharnée, saupoudrée de chaux et de craie qui agit comme un buvard en dégraissant la peau ; cendres, os, coquilles ; soit des produits basiques sont diversement employés, puis un ponçage soigneux est effectué. Ce traitement rend la peau solide,lisse et d’un blanc éclatant.

Que faire avec du parchemin ?

Le parchemin pouvait servir à la réalisation de livres (pages et reliures), instruments à percussion, carreaux de fenêtres, « papier calque »…

Moine achetant du parchemin. Manuscrit allemand, 13 ème siècle. Copenhague, Det Kongelige Bibliotek, grs 4, II, f° 183 r°.

Petits couteaux brut de forge gainés de cuir « bouilli »

Tous les couteaux ci-dessous sont réalisés par Flo Baroud, brut de forge et polis, ils sont vendus dans un étui de cuir « bouilli » cousu main.

Fabriqué avec soin, l’étui est parfaitement ajusté au couteau, ce dernier ne tombe pas de son fourreau. La fleur du cuir est apparente à l’extérieur (cuir noir) et à l’intérieur (cuir naturel) du fourreau.

Un lacet de cuir réglable sert à le passer autour du cou en pendentif. Sur certains modèles, un cordon de fil de lin réalisé à la lucette sert à tirer le couteau de son étui, ce cordon est agrémenté de perles en os.

Chaque ensemble est un modèle unique.

Prenez garde au fil de la lame, bien que petits, ces bijoux  sont forts tranchants !

Couteau et étui numéro 1
Couteau et étui numéro 1

Couteau et étui n° 1 : 50 € port compris

Longueur totale 168 mm, largeur 30 mm

Un frise décorative longe la couture. De préférence pour gaucher.

 

Couteau et étui numéro 2
Couteau et étui numéro 2

Couteau et étui n° 2 : 48 € port compris

Longueur totale 140 mm, largeur 25 mm

De préférence pour droitier.

 

 

Couteau et étui numéro 3
Couteau et étui numéro 3

Couteau et étui n° 3 : 48 € port compris

Longueur totale 140 mm, largeur 28 mm

De préférence pour droitier.

 

 

Couteau et étui numéro 4
Couteau et étui numéro 4

 

Couteau et étui n° 4 : 34 € port compris

Longueur totale 114 mm, largeur 20 mm

De préférence pour droitier.

 

Couteau et étui numéro 5
Couteau et étui numéro 5

Couteau et étui n° 5 : 40 € port compris

Longueur totale 153 mm, largeur 26 mm, teinté de rouge.

De préférence pour droitier. Il n’y a pas de lacet de cou sur ce modèle. Le lacet de préhension est en cuir et la perle en os.


Nous disposons d’autres couteaux « nus », si vous avez un désir particulier de fourreau.


Association loi 1901, T.V.A. non applicable, article 293-B du C.G.I

Siège social :

Association ORCHIS

86 La colonne et les Hubacs

26220 DIEULEFIT

Mail : association.orchis@gmail.com

Petite histoire des tannages

Le tannage est une technique qui permet après un long travail, de transformer la peau brute en cuir souple, résistant et imputrescible.  Au cours de cette opération il s’opère des réactions chimiques complexes qui ne sont pas toutes expliquées.

Au Paléolithique, la peau de l’animal est convoitée, elle offre chaleur et protection. Elle fût dans les premiers temps simplement écharnée à l’aide de silex tranchants puis séchée.

La peau « crue » à tendance à se rigidifier et se rétracter, elle reste néanmoins très sensible à l’eau qu’elle peut absorber en grandes quantités. Cependant, pour la réalisation de ligatures ou de protections elle convient parfaitement.

Le tannage « à l’huile » est une méthode maîtrisée depuis de Néolithique, dans ce processus, ce sont les acides gras insaturés présents dans l’huile qui vont inter-agir avec la protéine présente dans la peau : le collagène. Cette matière grasse ne doit être ni trop insaturée, ni pas assez.

La cervelle de l’animal, sa graisse, son foie, les œufs, les huiles de poisson ou de mammifères marins se prêtent à cette opération. Les aldéhydes formés par l’oxydation de l’huile se combinent au collagène et le rend chimiquement stable. D’autres agents interviennent et « polymérisent » les fibres. Pour préparer à ce tannage, le cuir était mâché par les femmes ; la salive légèrement acide faisant office de pickelage ; il était ensuite enduit de la cervelle de l’animal.

Dans ce mode de tannage il s’agit, en gros, de remplacer l’eau et les fragiles liaisons grasses présentes à l’intérieur de la peau, par des liaisons grasses plus stables. On obtiens par ce procédé un cuir souple jaune orangé, très résistant à l’eau.

Appelé « chamois » ou « peau chamoisée », cette technique  utilisée au Moyen Age, pour la confection des vêtements et sous vêtements, des gants. Des moulins activés par la force de l’eau étaient conçus pour cette activité. C’était le travail exclusif des chamoiseurs.

Vidéo sur Dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/xfe2gw_la-peausserie-de-niort_news

Le tannage « à la fumée » est un procédé différent qui provoque les mêmes transformations à l’intérieur de la peau. En chauffant doucement la peau au dessus d’un feu de bois vert, la fumée contenant des aldéhydes et des phénols s’associent avec le collagène. Différentes essences d’arbres peuvent être utilisées pour diversifier les teintes. Le cuir obtenu de cette façon est sombre, plus rigide et résistant à l’eau. Le tannage à la fumée peut être associé au tannage à l’huile pour le rendre plus étanche ou au tannage végétal pour le rendre plus souple.

Le tannage végétal fût utilisé dans l’Égypte antique et en Chine, ce tannage est réalisé avec des matières astringentes. Le tan (en langue gauloise : chêne) est le nom donné à l’écorce de chêne broyée et réduite en poudre ; le tannin est du tan ajouté à de l’eau pour faire un jus. Cependant l’étymologie du mot « tan » est incertaine, il pourrait aussi s’agir du mot « tannen » (en allemand) : sapin, qui servait aussi de matière tannante.

Aucune datation précise de l’utilisation de tannins végétaux pour la conservation d’une peau est attestée. Toutefois, une origine très ancienne est fort probable : nos cousins Néandertaliens maîtrisaient probablement cette technique complexe. Il faut prendre en compte qu’ils ont traversé trois époques glaciaires ! Savoir confectionner des vêtements de fourrure ad-hoc était une condition sine qua non de la survie.

Dans un ouvrage passionnant : Neandertal, mon frère, les auteurs (Silvana Condemi & François Savatier ) reportent que des molaires de femmes néandertaliennes exhumées portent des traces d’usures importantes qui pourraient être le signe d’un machouillage intensif de peau, en préparation d’un tannage (pickelage).

 

De plus, dans un documentaire de 2011 : Le mystère des éléphants géants, des archéologues on fait une découverte de taille : un racloir en silex portant encore des traces de tannins. voir ci-dessous :

« Le mystère de éléphants géants, sur Arte en 2001 : les sédiments fossiles de 120 000 ans d’age exhumés à l’issue de plusieurs années de fouilles sur le site de Neumark-Nord, en Allemagne, sont d’une incroyable richesse. Recelant des squelettes intacts de cerfs et de lions, ainsi que de plantes exotiques, des larves d’insectes et des outils préhistoriques, ils conservaient aussi plus de soixante-dix squelettes d’éléphants géants qui devaient mesure quatre mètres, peser plus de dix tonnes et posséder d’impressionnantes défenses. (…) »

Le cuir végétal peut s’obtenir avec différentes matières selon le lieu d’utilisation : la noix de galle (pousse sur les feuilles de certains arbres), l’écorce de châtaignier, de mimosa, de bouleau, la garouille (écorce de la racine d’un chêne du bord de la méditerranée : le chêne kermès), le sumac des tanneurs ou redoul (arbuste originaire d’Asie dont les feuilles sont séchées et broyées)….

Ce procédé est le plus long et le plus complexe, chimiquement parlant. Il s’agit encore de stabiliser les fibres de collagène à l’échelle moléculaire.

De pH acide : entre 3.5 et 5, il nécessite une préparation au tannage très précise ainsi que des finitions poussées.

Un tannage dit minéral à l’aide d’alun natif est utilisé par les Égyptiens, les Romains et certains peuples Celtes. Cependant l’origine précise reste inconnue.

L’alun, composé de sulfate double d’aluminium et de potassium, en solution de pH 5, se fixe sur le collagène. Chimiquement moins stable que les autres procédés, cette méthode assez mal connue, fût toutefois très employée de l’antiquité à la fin du Moyen Age. Comme c’est un cuir fragile, on en retrouve très peu de traces archéologiques.

Dans ce mode de tannage appelé « mégis » au Moyen Age et encore de nos jours, l’alun est employé dans une solution d’eau, sel, farine, jaune d’œuf, huile d’olive. On retrouve recette à quelques variantes près dans le manuscrit de Bologne, le Mappae et celui de Rosetti. Une pâte est faite de ces ingrédients, elle est étalée sur la peau préalablement « confite » à au moins deux reprises.

Cette technique donne un cuir qui résiste peu à l’eau, mais d’une grande souplesse et d’une blancheur éclatante. Il pouvait être teinté avec des matières tinctoriales à peu près comme pour les tissus.

Voir nos expériences de tannage « à la pâte à crêpes » : http://association-orchis.over-blog.com/categorie-10122529.html

Un tannages mixte alun/végétal ou végétal/alun est possible. Les Hittites pratiquaient un tannage mixte noix de gales et alun. C’est à dire qu’il faut faire un pré-tannage à l’alun et finir par un bain de matières végétales ou inversement, mais pas en même temps pour des problèmes de PH, il se produirait un phénomène de « plaquage ».

De principe plus moderne (fin 19ème siècle), le tannage dit chimique peut se faire avec de l’alun de chrome ou de l’alun de chlorure d’aluminium, on parlera alors de cuir chromé.

Ce processus bien plus rapide et très stable déclencha un changement total dans la production du cuir. Il est très résistant à l’eau et à la chaleur, on peut le faire bouillir sans le dénaturer. Contrairement au tannage végétal, la solution contenant ces sels de chrome est basique. Le cuir chromé est majoritairement utilisé de nos jours, pour les canapés et les chaussures. Néanmoins, l’oxyde de chrome peut être très toxique s’il est mal maîtrisé lors du tannage et peut provoquer des intoxication et des allergies graves.

Bien sûr, les procédés de tannage chimique et végétal et huile peuvent être combinés, cela réduit le temps de fabrication donc le coût final de la matière.

Références bibliographiques :

« Le travail du cuir de la préhistoire à nos jours » ouvrage collectif, Ed. APDCA,2001

« La tannerie Romanaise » Ed. « la manufacture » par Annie Roche,1984

« Néandertal, mon frère » Silvana Condemi, François Savatier. Paru le 26 octobre 2016

 » Le tan et le temps » par Eva Hallasz -Csiba dans Techniques et cultures p 147-174, 2001

 

Étui à plume portatif en « cuir bouilli » et son encrier

Pour les scribes, les moines, les riches artisans, les nobles et les commerçants du Moyen Age écrire était indispensable. Afin d’archiver les comptes, inventaires, poèmes et divers écrits importants, la plume et le parchemin étaient utilisés au quotidien.

Il en existe un nombre incalculable de représentation iconographiques, des formes et des couleurs très variées.

En voici quelques exemples :

« De l’office des tailleurs » Jacques de Cessoles, Le Livre de la moralité des nobles hommes et des gens du peuple sur le jeu des échecs (Liber de moribus…). Trad. Jean du Vignay. Paris, fin du XIVe siècle ou début du XVe. Parchemin (305 feuillets). BNF, Manuscrits (fr. 1166 f° 34)
Histoire des nobles princes de Hainaut, Flandre, milieu du 15ème siècle.
Paris, BnF, département des manuscrits, Français 20127, fol. 2v.
Reconstitution d’un étui à plume du 15ème siècle en cuir dit bouilli orné de motifs zoomorphes

Appelé gallimar ou gallemar en 1560, cet objet re-creé sert à ranger des plumes. L’encrier est en corne noire. Pour le transport, il était suspendu à la ceinture, en se servant du lacet. L’encrier en corne est réalisé par l’association Romelpot.

Appelé gallimar ou gallemar, cet objet re-creé sert à ranger des plumes. L'encrier est en corne noire. Pour le transport, il était passé à la ceinture, en se servant du lacet.

Il est tout à fait possible de réaliser des compartiments à l’intérieur de l’étui pour ranger le couteau et les plumes séparément :

The Visitation with Saint Nicholas and Saint Anthony Abbot
National Gallery of Art 1489-1490
Le Jardin des délices Jérôme Bosch 1494 -1505

Quelques bourses à monnaie de la fin du Moyen Age en Hollande.

C’est grâce à feu Olaf Goubitz que vous pouvons approfondir nos connaissances sur les bourses de peau du Moyen Age. Cet archéologue hollandais a consigné de bien belles découvertes dans la publication la plus complète sur l’histoire des bourses de la fin du Moyen Age : Purses in Pieces.

Dans cet ouvrage, paru en 2007, une foultitude de modèles sont recensés. Ci-dessous, quelques exemples de formes de bourses à monnaie tirées de ce livre :

Ces petites bourses à monnaie se rangeaient probablement dans une bourse suspendue à la ceinture ou une solide besace.

Notre association propose à la vente des bourses à monnaie inspirées de ces modèles, les tarifs vont de 37 à 40€ port compris. Veuillez consulter cette page.

Bourses à monnaie d’inspiration médiévale

Voici des petites bourses idéales pour ranger sa monnaie, elles s’ouvrent et se ferment facilement au creux de la main. Inspirées de modèles du Moyen Age, leur coté pratique traverse les siècles.

La peau utilisée est de l’agneau pour la poche et du cuir de bovin pour les languettes. Ces cuirs à tannage végétal se patinent avec l’usage et le temps, un entretien minimum est nécessaire pour le conserver durant des décennies.

Diverses teintes de fils sont proposées (écru et marron), bien sûr, la couture est réalisée à la main au fil de lin, ce qui assure une grande solidité.

Le fin cordon de fermeture est effectué à la lucette avec du fil de lin noir.

Je peux réaliser ces boursettes sur commande mais nous avons déjà un petit stock. De gauche à droite en haut : une verte veloutée, une verte/beige veloutée, deux brunes.

En bas : une beige veloutée lacée, une noire lacée, une marron veloutée lacée, une beige veloutée, une marron lacée en noir à l’extérieur .

Ci-dessus, de gauche à droite : une brune et deux rouges (languette noire)

Les bourses ci-dessous sont légèrement plus petites :

De gauche à droite : une brune veloutée, une marron veloutée, une noire, une rouge.

Les tarifs sont de 40 €, port compris, pour les premières et 37 € port compris pour les petites.


Association loi 1901, T.V.A. non applicable, article 293-B du C.G.I

Siège social :

Association ORCHIS

86 La colonne et les Hubacs

26220 DIEULEFIT

Mail : association.orchis@gmail.com

Article sur le « cuir bouilli » publié dans le n°19 de Histoire & Images Médiévales

C’est avec l’aimable autorisation de Frédéric Wittner de l’ancienne rédaction de Histoires & Images Médiévales que je mets en ligne cet article publié en avril/mai 2008.

Je l’avais quo-rédigé avec Catherine Lonchambon (directrice de la rédaction 2005/2010) et Michèle Bois (docteur en archéologie médiévale).

Depuis cet article, nos recherches ont mis à jour d’autres remarques dont je vous ferai part dans une prochaine publication sur ce blog.