Essai de reconstitution d’un seau en « cuir bouilli » de la fin du 16ème ou du 17ème siècle

Ce seau en cuir durci a été commandé par le musée des pompiers de Lyon car cet objet manquait à leur collection.

Les modèles d’époque étant aussi onéreux qu’introuvables, j’ai eu pour mission de reconstituer le plus fidèlement possible ce seau d’après des documents issus d’une collection privée.

Il a été réalisé de deux couches de cuir de bovin de 3,5 mm, durci selon ma technique à la gélatine. Puis badigeonné d’huile de lin siccative.

Muni de renforts en cuir et en corde de chanvre, il est léger, étanche, rigide et incassable.

Les coutures au point sellier sont réalisées avec du fil de lin poissé.

 

Devant les ravages que pouvait provoquer un incendie dans une ville, par décret, chaque propriétaire de maison était tenu de faire fabriquer un certain nombre de seaux à incendie.

Il en existait aussi en tissu ou en osier.

 

 

 

Ce modèle a nécessité une trentaine d’heures de travail et tout autant pour établir le plan de réalisation.

Voici, ci-dessous, le seau original sur lequel je me suis appuyée pour réaliser cette reconstitution.

Le musée des pompiers de Lyon recherche tout texte ou image concernant la lutte contre les incendies, de l’antiquité jusqu’à  la fin du Moyen Age.

Merci d’envoyer les documents à association.orchis@gmail qui transmettra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *