Étui à plume portatif en « cuir bouilli » et son encrier

Pour les scribes, les moines, les riches artisans, les nobles et les commerçants du Moyen Age écrire était indispensable. Afin d’archiver les comptes, inventaires, poèmes et divers écrits importants, la plume et le parchemin étaient utilisés au quotidien.

Il en existe un nombre incalculable de représentation iconographiques, des formes et des couleurs très variées.

En voici quelques exemples :

« De l’office des tailleurs » Jacques de Cessoles, Le Livre de la moralité des nobles hommes et des gens du peuple sur le jeu des échecs (Liber de moribus…). Trad. Jean du Vignay. Paris, fin du XIVe siècle ou début du XVe. Parchemin (305 feuillets). BNF, Manuscrits (fr. 1166 f° 34)
Histoire des nobles princes de Hainaut, Flandre, milieu du 15ème siècle.
Paris, BnF, département des manuscrits, Français 20127, fol. 2v.
Reconstitution d’un étui à plume du 15ème siècle en cuir dit bouilli orné de motifs zoomorphes

Appelé gallimar ou gallemar en 1560, cet objet re-creé sert à ranger des plumes. L’encrier est en corne noire. Pour le transport, il était suspendu à la ceinture, en se servant du lacet. L’encrier en corne est réalisé par l’association Romelpot.

Appelé gallimar ou gallemar, cet objet re-creé sert à ranger des plumes. L'encrier est en corne noire. Pour le transport, il était passé à la ceinture, en se servant du lacet.

Il est tout à fait possible de réaliser des compartiments à l’intérieur de l’étui pour ranger le couteau et les plumes séparément :

The Visitation with Saint Nicholas and Saint Anthony Abbot
National Gallery of Art 1489-1490
Le Jardin des délices Jérôme Bosch 1494 -1505

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *